L'alibi du quotidien dans les textes brefs de Philippe Delerm

Marie-Anne Besle

    Research output: Contribution to journalArticle

    Abstract

    Nos sensations sont fugaces. Ne pouvant à la fois sentir et se sentir, notre conscience peineà les capter; les exprimer sans les trahir devient impossible sinon redondant, tant il est vraique les sensations « sont », simplement, ici et maintenant. L’écrivain contemporain Philippe Delerm est hanté par ce paradoxe: capteur obsédé de la sensation pure, il cherche à dire l’indicible. Cette problématique étant la raison d’être de son écriture, y trouver une solution devient pour lui une question de vie ou de mort. Cet article s’attachera à examiner les procédés thématiques et stylistiques que Philippe Delerm met en oeuvre afin de parvenir à ses fins. Nous nous intéresserons particulièrement à la notion de quotidien, thématique récurrente qui a sacré Delerm écrivain du banal réhabilité. Nous arguerons ici que le thème du quotidien représente pour lui bien plus qu’un simple intérêt pour les «petites choses de la vie »; il est essentiel à son travail d’écrivain parce qu’il lui fournit un alibi nécessaire face à l’obligation de se taire. Nous étudierons cette écriture aveugle et sourde que Delerm met en place, cette feintise du « faire comme si » proche du monde de l’enfance ou du jeu de l’acteur mais également ingrédient essentiel de la fiction. Nous verrons enfin comment l’écriture du quotidien chez Delerm entraine une réflexion de vie, non pas existentielle mais insistantielle, selon le terme du philosophe André Comte-Sponville.Sensations are elusive. As our conscience is unable to simultaneously sense and feel, we struggle to capture them fully as they take possession of us. Sensations are to be experienced immediately and silently as no words can faithfully express them in their intensity. This is the paradox facing writer Philippe Delerm, who ceaselessly searches for away of translating the silent world of sensations which is at the centre of his work. This article seeks to examine the stylistic and thematic methods put in place by Delerm in order to address this issue. In particular, we will propose a critical reflection on the theme of the everyday, which permeates Delerm’s works and explains the reasons that lie behind his enthusiasm for the ‘small pleasures of life’. We will see how the quotidian becomes the ideal language of translation for the elusive sensations he seeks to describe, and we will examine how he transforms and plays with it to suit his writing needs. The everyday becomes an alibi for a writer whose aim is to express the inexpressible.
    LanguageEnglish
    JournalModern and Contemporary France
    Volumenone
    DOIs
    Publication statusPublished - 7 Nov 2014

    Fingerprint

    Writer
    Paradox
    Possession
    Pleasure
    Maintenant
    Translating
    Enthusiasm
    Thematic
    Obligation
    Language
    Quotidian
    De Se
    Critical Reflection
    Philosophes
    Fiction

    Keywords

    • Delerm
    • écriture
    • sensation
    • quotidien
    • enfance
    • présent
    • bonheur

    Cite this

    @article{e1076a355fef44deb0bc03a7629464d0,
    title = "L'alibi du quotidien dans les textes brefs de Philippe Delerm",
    abstract = "Nos sensations sont fugaces. Ne pouvant {\`a} la fois sentir et se sentir, notre conscience peine{\`a} les capter; les exprimer sans les trahir devient impossible sinon redondant, tant il est vraique les sensations « sont », simplement, ici et maintenant. L’{\'e}crivain contemporain Philippe Delerm est hant{\'e} par ce paradoxe: capteur obs{\'e}d{\'e} de la sensation pure, il cherche {\`a} dire l’indicible. Cette probl{\'e}matique {\'e}tant la raison d’{\^e}tre de son {\'e}criture, y trouver une solution devient pour lui une question de vie ou de mort. Cet article s’attachera {\`a} examiner les proc{\'e}d{\'e}s th{\'e}matiques et stylistiques que Philippe Delerm met en oeuvre afin de parvenir {\`a} ses fins. Nous nous int{\'e}resserons particuli{\`e}rement {\`a} la notion de quotidien, th{\'e}matique r{\'e}currente qui a sacr{\'e} Delerm {\'e}crivain du banal r{\'e}habilit{\'e}. Nous arguerons ici que le th{\`e}me du quotidien repr{\'e}sente pour lui bien plus qu’un simple int{\'e}r{\^e}t pour les «petites choses de la vie »; il est essentiel {\`a} son travail d’{\'e}crivain parce qu’il lui fournit un alibi n{\'e}cessaire face {\`a} l’obligation de se taire. Nous {\'e}tudierons cette {\'e}criture aveugle et sourde que Delerm met en place, cette feintise du « faire comme si » proche du monde de l’enfance ou du jeu de l’acteur mais {\'e}galement ingr{\'e}dient essentiel de la fiction. Nous verrons enfin comment l’{\'e}criture du quotidien chez Delerm entraine une r{\'e}flexion de vie, non pas existentielle mais insistantielle, selon le terme du philosophe Andr{\'e} Comte-Sponville.Sensations are elusive. As our conscience is unable to simultaneously sense and feel, we struggle to capture them fully as they take possession of us. Sensations are to be experienced immediately and silently as no words can faithfully express them in their intensity. This is the paradox facing writer Philippe Delerm, who ceaselessly searches for away of translating the silent world of sensations which is at the centre of his work. This article seeks to examine the stylistic and thematic methods put in place by Delerm in order to address this issue. In particular, we will propose a critical reflection on the theme of the everyday, which permeates Delerm’s works and explains the reasons that lie behind his enthusiasm for the ‘small pleasures of life’. We will see how the quotidian becomes the ideal language of translation for the elusive sensations he seeks to describe, and we will examine how he transforms and plays with it to suit his writing needs. The everyday becomes an alibi for a writer whose aim is to express the inexpressible.",
    keywords = "Delerm, {\'e}criture, sensation, quotidien, enfance, pr{\'e}sent, bonheur",
    author = "Marie-Anne Besle",
    year = "2014",
    month = "11",
    day = "7",
    doi = "10.1080/09639489.2014.969214",
    language = "English",
    volume = "none",

    }

    L'alibi du quotidien dans les textes brefs de Philippe Delerm. / Besle, Marie-Anne.

    Vol. none, 07.11.2014.

    Research output: Contribution to journalArticle

    TY - JOUR

    T1 - L'alibi du quotidien dans les textes brefs de Philippe Delerm

    AU - Besle, Marie-Anne

    PY - 2014/11/7

    Y1 - 2014/11/7

    N2 - Nos sensations sont fugaces. Ne pouvant à la fois sentir et se sentir, notre conscience peineà les capter; les exprimer sans les trahir devient impossible sinon redondant, tant il est vraique les sensations « sont », simplement, ici et maintenant. L’écrivain contemporain Philippe Delerm est hanté par ce paradoxe: capteur obsédé de la sensation pure, il cherche à dire l’indicible. Cette problématique étant la raison d’être de son écriture, y trouver une solution devient pour lui une question de vie ou de mort. Cet article s’attachera à examiner les procédés thématiques et stylistiques que Philippe Delerm met en oeuvre afin de parvenir à ses fins. Nous nous intéresserons particulièrement à la notion de quotidien, thématique récurrente qui a sacré Delerm écrivain du banal réhabilité. Nous arguerons ici que le thème du quotidien représente pour lui bien plus qu’un simple intérêt pour les «petites choses de la vie »; il est essentiel à son travail d’écrivain parce qu’il lui fournit un alibi nécessaire face à l’obligation de se taire. Nous étudierons cette écriture aveugle et sourde que Delerm met en place, cette feintise du « faire comme si » proche du monde de l’enfance ou du jeu de l’acteur mais également ingrédient essentiel de la fiction. Nous verrons enfin comment l’écriture du quotidien chez Delerm entraine une réflexion de vie, non pas existentielle mais insistantielle, selon le terme du philosophe André Comte-Sponville.Sensations are elusive. As our conscience is unable to simultaneously sense and feel, we struggle to capture them fully as they take possession of us. Sensations are to be experienced immediately and silently as no words can faithfully express them in their intensity. This is the paradox facing writer Philippe Delerm, who ceaselessly searches for away of translating the silent world of sensations which is at the centre of his work. This article seeks to examine the stylistic and thematic methods put in place by Delerm in order to address this issue. In particular, we will propose a critical reflection on the theme of the everyday, which permeates Delerm’s works and explains the reasons that lie behind his enthusiasm for the ‘small pleasures of life’. We will see how the quotidian becomes the ideal language of translation for the elusive sensations he seeks to describe, and we will examine how he transforms and plays with it to suit his writing needs. The everyday becomes an alibi for a writer whose aim is to express the inexpressible.

    AB - Nos sensations sont fugaces. Ne pouvant à la fois sentir et se sentir, notre conscience peineà les capter; les exprimer sans les trahir devient impossible sinon redondant, tant il est vraique les sensations « sont », simplement, ici et maintenant. L’écrivain contemporain Philippe Delerm est hanté par ce paradoxe: capteur obsédé de la sensation pure, il cherche à dire l’indicible. Cette problématique étant la raison d’être de son écriture, y trouver une solution devient pour lui une question de vie ou de mort. Cet article s’attachera à examiner les procédés thématiques et stylistiques que Philippe Delerm met en oeuvre afin de parvenir à ses fins. Nous nous intéresserons particulièrement à la notion de quotidien, thématique récurrente qui a sacré Delerm écrivain du banal réhabilité. Nous arguerons ici que le thème du quotidien représente pour lui bien plus qu’un simple intérêt pour les «petites choses de la vie »; il est essentiel à son travail d’écrivain parce qu’il lui fournit un alibi nécessaire face à l’obligation de se taire. Nous étudierons cette écriture aveugle et sourde que Delerm met en place, cette feintise du « faire comme si » proche du monde de l’enfance ou du jeu de l’acteur mais également ingrédient essentiel de la fiction. Nous verrons enfin comment l’écriture du quotidien chez Delerm entraine une réflexion de vie, non pas existentielle mais insistantielle, selon le terme du philosophe André Comte-Sponville.Sensations are elusive. As our conscience is unable to simultaneously sense and feel, we struggle to capture them fully as they take possession of us. Sensations are to be experienced immediately and silently as no words can faithfully express them in their intensity. This is the paradox facing writer Philippe Delerm, who ceaselessly searches for away of translating the silent world of sensations which is at the centre of his work. This article seeks to examine the stylistic and thematic methods put in place by Delerm in order to address this issue. In particular, we will propose a critical reflection on the theme of the everyday, which permeates Delerm’s works and explains the reasons that lie behind his enthusiasm for the ‘small pleasures of life’. We will see how the quotidian becomes the ideal language of translation for the elusive sensations he seeks to describe, and we will examine how he transforms and plays with it to suit his writing needs. The everyday becomes an alibi for a writer whose aim is to express the inexpressible.

    KW - Delerm

    KW - écriture

    KW - sensation

    KW - quotidien

    KW - enfance

    KW - présent

    KW - bonheur

    U2 - 10.1080/09639489.2014.969214

    DO - 10.1080/09639489.2014.969214

    M3 - Article

    VL - none

    ER -